450 km de Vol Bivouac en inde – le récit

L’automne dernier, mon amis Erik et moi, avions migré des berges du lac d’Annecy aux rives de la Méditerranée. Cette fois, le cap est mis à l’Est pour explorer, en vol bivouac, l’immense chaîne Himalayenne de Dharamasla (Inde) vers le Népal. En voici mon récit :

Trace Vol Biv Inde
450km de vol bivouac

29 Octobre – Dharamsala

C’est la 3ème fois que le pilote remet les gaz alors que notre avion s’apprête à poser le train d’atterrissage sur la petite piste de Dharamsala. Cette fois, il renonce ; nous retournons sur Delhi. L’humidité de la plaine du Gange a marqué un premier point. 12 heures de taxi collectif seront nécessaires pour enfin rejoindre cette enclave tibétaine, refuge du 14eme dalaï-lama en terre indienne.

Dharamasala
Dharamsla

1er & 2 Novembre – Départ

A l’aube nous quittons le quartier Tibétain encore endormi. Nous partons avec de quoi survivre pendant 10 jours en autonomie complète. Mille mètres  plus haut nous avons repéré une arête bien exposée  qui nous servira de premier décollage. Nos épaules sont meurtries par les 22 kg de matériel. Dans le ciel les couches de nuages s’empilent  et le doute s’installe. Nous attendons l’arrivée des vautours pour nous envoler. Le cheminement sur les pré- reliefs sera finalement évident. Quelques heures plus tard nous faisons escale à Bir ; curieux de connaître ce haut lieu du vol libre Indien. Le lendemain nous atteignons en vol la bourgade bouillonnante de Mandi qui sera la porte d’entrée vers l’intérieur de l’immense chaîne Himalayenne.

2015-11-10 18.43.06
marche vers le déco
India-Vol-Bivouac-2015-91
Energie solaire

3 Novembre – Le dédale

Nous quittons le cheminement facile des pré-reliefs pour nous enfoncer dans les massifs. Il nous faut avancer sur des kilomètres en remontant des gorges sombres et balayées par les brises. Elles s’ouvrent et se ferment comme autant de bouches géantes qui à chaque transition risquent de nous happer. Les vautours, seuls gardiens de ce dédale, nous guident vers un col bien plus haut que la base des nuages.  A flan de la montagne, je laisse monter ma Boomerang Xalps entre les nuages, à 3600 m le gris fait place au blanc. Je me suis hissé à hauteur du col. Erik me rejoint et nous nous échappons vers la lumière, vers cette vallée qui s’ouvre devant nous et qui nous semble maintenant si accueillante. Après quelques kilomètres de vol plané, nous posons à coté d’un petit monastère perché sur son sommet.

GOPR3877-1
Le maître et son élève
GOPR3206-2
C’est l’heure de hachis parmentier lyophilisé humm 🙂

4 Novembre – L’accueil

Lorsque nous ouvrons la tente, des dizaines d’indiens nous regardent comme des extra terrestres. Nos vêtements, nos panneaux solaires, nos GPS nos voiles, tout est objet de curiosité et de rire. Erik a un air d’E.T. Il essaye de leur expliquer d’où nous venons et que nous voulons redécoller, repartir vers l’Est au delà des montagnes dont nous ne connaissons pas le nom, mais que pour l’instant le ciel est trop gris. Comme dans le film, nous allons nous faire adopter par les habitants du village voisin. Ils pratiquent la polyculture vivrière et vendent des pommes. Nous apprendrons à séparer les grains pour en faire de la farine puis à cuire les galettes de Chapati. Leur vie est dure mais fière, l’accueil est à la hauteur et nous sommes traités comme des princes.

India-Vol-Bivouac-2015-62
Cuisine
2015-11-11 10.31.01
belle

20151112_075844

5&6 Novembre – A plus de 4000m

C’est avec un petit pincement au cœur que nous quittons nos hôtes. De nombreux villageois sont venus au monastère pour nous voir décoller et leurs cris sont rapidement emportés par  le hurlement du vario. Cette fois, c’est une bonne journée les thermiques sont puissants. A plus de 4000m nous sautons de crêtes en crêtes sans grosses difficultés. Devant nous, le ciel se charge, les thermiques deviennent trop gourmands et nous finissons par essuyer quelques gouttes de pluie. Nous décidons de poser au dessus d’un aplomb rocheux dont l’orientation et la pente seront idéales pour redécoller. Nous montons la tente pour la nuit.

Le lendemain sera notre meilleure journée de vol. Une convection plus longue que les autres jours et des plafonds suffisant nous auront permis d’avaler 150km en deux jours. A l’atterrissage au bord d’un lac nous seront accueillis comme des héros. Quel régal de voler dans ces conditions.

India-Vol-Bivouac-2015-48
Reveil !
India-Vol-Bivouac-2015-70
On est pas bien la ?!

India-Vol-Bivouac-2015-86

India-Vol-Bivouac-2015-72
Accueil sympa !

7 Novembre – Terrasse

J’étale ma voile sur la terrasse poussiéreuse qui nous sert de décollage. Le gonflage sans vent sur cette plate-forme entourée de murs semble compliqué, mais après avoir cherché toute la matinée un espace plus propice nous avons dû nous résoudre : cette petite zone de culture est notre seul espoir d’avancer aujourd’hui. Pour gagner un mètre, je choisi une dizaine de gamins venu nous observer et leur apprend à tenir mon bord d’attaque du bout des doigts. Ils sont alignés dans leur uniforme d’écolier, tous les 3 caissons, les bras levés et moi je dégouline sous mes deux doudounes. Un souffle d’air me caresse enfin la barbe et une impulsion sur les élévateurs arrache mon bord d’attaque des mains de l’assistance dans un cri de joie collectif. La voile prend forme alors que j’arrive au bord de la terrasse. Je me jette  et rebondi dans un nuage de poussière sur la terrasse suivante avec cette fois, l’avantage d’avoir une partie de la voile déjà gonflée. Ma course folle continue à travers un champ de haricots , encouragé par mon fan club. A la troisième terrasse me voila enfin en l’air avec de quoi faire une soupe dans mon cocon Sup’air. Après deux heures de lutte dans la stabilité, notre vol se terminera  30 km plus loin dans un autre nuage de poussière.

Copie de GOPR3176-2
GIN Boomerang Xalps et moi
2015-11-10 18.50.10
la star

9 Novembre – Errance

Déjà trois jours que nous avons mis le cap à l’Est, vers  les plus hautes montages, pour échapper à la stabilité de cette fin de saison. Devant nous se dresse le Trisul (7120m), le trident de Shiva,  mais tout autour de nous c’est la forêt qui règne en maître. Ce matin, il nous a fallu monter jusqu’à  3300m pour enfin trouver les quelques mètres carrés ouverts vers le ciel nous permettant de nous envoler. Une nouvelle fois, notre lutte avec la stabilité à été âpre et nous n’avons réussi qu’à lui arracher une poignée de kilomètres. Le coup au moral est rude. Posé à flan de montagne, il nous faut reprendre notre ascension vers le prochain sommet pour espérer y décoller le lendemain. Une fois de plus, les singes nous narguent. Alors que la nuit tombe, deux villageois inquiets de nous voir nous aventurer sur le territoire du tigre, décident de nous escorter. Les deux frères seront une aide précieuse pour trouver notre chemin et nous montrer les sources d’eau fraîche. Notre petit groupe fini par rejoindre une grotte à plus de 3000m. Cette nuit, les rires et le feu éloignent le tigre mais les morsures que je ressentirais sont celles de la fatigue et du froid.

India-Vol-Bivouac-2015-45
marche vers les montagnes
India-Vol-Bivouac-2015-76
on monte
India-Vol-Bivouac-2015-67
Un berger croisé dans la montée

11 Novembre – Happy  end

Nous avons rejoint la petite bourgade de Gwaldam blottie sur son col. Tous les villageois se préparent à la fête du Diwali mais nous n’avons plus le moral. Hier, le vol ne nous a permis d’avancer que de 40 km dans une masse d’air de plus en plus stable. Les journées se sont égrenées, l’hiver himalayen approche et nous ne croyons plus possible de rejoindre le Népal en vol. Alors que nous négocions une voiture pour les 3 jours de route qui nous séparent de Dehli, un cumulus apparaît et met fin aux tractations. La petite clairière que nous avions repéré la veille au dessus du village sera notre dernière chance de décollage. A 11h30 nous nous élançons ensemble sans savoir si nous pourrons tenir. Rapidement nos voiles se cabrent et le premier thermique nous propulse à 1000m au dessus du col et c’est dans un cri de soulagement que nous transitons guidés par nos anges gardiens les vautours. Comme un cadeau d’adieu l’Himalaya nous offre un dernier jour de vol merveilleux. Les montagnes sauvages et les rivières de cette partie orientale de l’Uttarakhand défilent sous nos sellettes sans effort et sans peur. Lorsque le soleil décline nous sommes en finesse de la petite ville frontière de Pithoragarh. Après 450 km de vol bivouac nous avons enfin atteint notre objectif. Ici s’arrête l’inde et commence le Nepal.

Ici aussi commencent nos emmerdes car, à cette heure, la fête du Diwali bat sont plein et la population qui s’amasse autour de l’atterrissage est imbibée d’alcool. Certains piétinent notre matériel, mon vario passe de mains en mains pour finir dans les poches d’un type louche. Dans la foule les bousculades dégénèrent  en bagarres. Rapidement on nous suspecte d’être des espions ou des agents à la solde de je ne sais quel organisation secrète. La police doit venir pour nous interroger, il nous faut nous exfiltrer au plus vite. Nous sautons dans la seule voiture du coin et disparaissons dans un nuage de poussière. Comme toutes les histoires en inde se finissent bien nous trouvons une famille qui nous ouvrira sa porte pour la nuit.

India-Vol-Bivouac-2015-75
vol en groupe
GOPR4042-3
Swedish airline
India-Vol-Bivouac-2015-82
Enfin des bonnes conditions !!

14 Novembre – Retour sur terre

Le vol bivouac est fini, nos têtes sont pleines de paysages immenses et de visages, mais c’est avec un goût particulier que nous rentrons sur Dehli, celui de l’inde et celui de l’aventure. Comme lors de notre vol bivouac à travers les alpes, nos parapentes ont été un merveilleux moyen de transport dans ces immensités montagneuses et surtout un formidable vecteur de rencontre. Un grand merci au très fameux pilote suédois et ami Erik Rehnfeldt pour avoir partagé avec moi cette nouvelle exploration.

India-Vol-Bivouac-2015-54GOPR3233-2GOPR3219GOPR3256-3India-Vol-Bivouac-2015-58India-Vol-Bivouac-2015-56India-Vol-Bivouac-2015-61

India-Vol-Bivouac-2015-66
Poulet de compagnie

India-Vol-Bivouac-2015-98

20151114_184639
Dheli

 

Publicités

Une réflexion sur “450 km de Vol Bivouac en inde – le récit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s