Bornes to Fly 2018

Une très belle édition du Bornes to Fly vient de se dérouler. Le concept est simple : 1 parcours, 150 km de marche et vol en 3 jours, partagé par 53 équipes. Autant vous dire que ça fait 53 aventures. Je vous raconte la mienne !

FB_IMG_1527315502942.jpg
The team

1er jour – Jackpot

La course ne fait que commencer; mais je jubile déjà. J’ai réussi en quelques jours à trouver une voile gratos (merci Supair), deux assistants gratos (merci Steph et Gepy) et un camion gratos (merci Matthieu).

Qui a dit que les gitans ne pouvaient pas s’inscrire ?

Je pars seul vers la Forclaz suivant mon instinct, pour une première option solitaire. Une seule idée : traverser le lac discrètement vers le sud par la voie des airs, pour avancer avant que les orages ne nous coffrent. Ma cavale solitaire sera de courte durée, mais le premier vol parsemé de zones d’ombre, me permet d’empocher la balise du Sire et de revenir me poser à Planfait. Je suis dans le premier groupe lorsque les premières rafales orageuses viennent nous arrêter.

Les plus courageux prennent la fuite en courant vers le Parmelan, mais pour le gitan, user ses baskets pour rien, c’est moyennement son truc. Je me décide pour un deuxième coup de poker. Le coup est simple : j’attends que l’orage passe et je m’échappe par la voie des airs. Le vent n’est pas bon et personne ne monte mais c’est quitte ou double.

Le deuxième vol sera un hold-up ! Je me fais bastonner, prend la voile sur le groin sans broncher, mais à 19H30, quand je pose ma Wild, dans une pente d’herbe haute au pied du Mole c’est le jackpot ! Julien Irilli, Maxime Pinot et Vincent Lebeau (3 autres brigands de Planfait) me rejoignent. Nous sommes en tête de la course. C’est bon comme un steak de hérisson !! Gepy et Steph arrivent en camion et débouchent une bonne bouteille (au total 3) ! L’affaire est dans le sac.

BTF 2018 Jour3 © Karine Dupureur-23.jpg
La Wild du Gitan

2eme jour – Jesus love you mais pas tous les jours !!

A l’aube et dans la plus simple tenue, nous partageons le pain avec mes deux disciples (le vin y en a plus…). Ce sera le début d’un long chemin de croix. Aux Brasses le malin me joue un tour. Je décolle avec une clef, m’infligeant la remonté depuis le pied du Mole par de cruels chemins épineux. Au sommet du Mole, les limbes me prennent et compromettent mon retour vers la terre promise des Bornes.

Mes concurrents, ces chiens d’infidèles, semblent épargnés par ces fléaux et trois rejoignent déjà la délivrance du goal.

Je suis maudit ! Après 3 vols, 4000 m de D+ et quelques blasphèmes, je rejoindrai le pays* des simples d’esprits (*Entremont). La montagne gronde et se met à cracher des pierres et de la glace sur mon chemin. Saint Gepy qui jusqu’ici avait partagé avec moi une partie du chemin pour porter mon eau, fait demi-tour, me laissant avec mon casque pour seul protecteur. Comme une ultime malédiction, le ciel me tombe sur la tête, la pluie s’abat sur moi au col de la Buffaz, anéantissant mes derniers espoirs de résurrection.

FB_IMG_1527315705983.jpg
Je bénie Saint Gepy

3eme jour happy end

Ce matin c’est grasse matinée. Mes assistants m’ont préparé le petit déjeuner. Je me plains, mes tartines ne sont pas beurrées. Cette fois le décor est magnifique. Le ciel est pavé de petits cumulus comme dans les films. Les montagnes sont plus vraies que nature. Quelle classe cette organisation ! construire ça juste pour moi !

Alors retour au Col de la Buffaz pour le dernier acte.

J’attends que la lumière soit parfaite pour m’élancer. Gepy filme. Je met mes lunettes de soleil. Ma doublure ayant démissionnée la veille c’est à moi de jouer ! C’est du direct, il sera impossible de recommencer. Vu la hauteur du plafond, je dois jouer juste sur tous les enchaînements et exécute à la perfection ce scénario improvisé : Buffaz, Cottagne, Tournette, Marlens (B3), Tournette ….et Goal ! A l’arrivée c’est un triomphe. C’est Cannes ou presque ! Tous sont là pour m’ovationner : Les caméramans (enfin Étienne quoi), les photographes (merci Karine pour les photos), tous les VIP (Very Important Planfaitard), la présidente des Gazailes (Lara bizz), Xav le DE (Biz aussi) quelques concurrents et toute la foule en délire (merci les bénévoles) .

FB_IMG_1527315771584.jpg
Canne ou presque !

Bilan

Me suis bien régalé. J’ai volé comme un gitan, marché comme un damné et fini comme une vielle star sur le retour. Tout ça pour une 8eme place ! Surtout content d’avoir partagé une fois de plus ce délire collectif et personnel. Bravo à maxime qui remporte cette 6eme édition, à tous les pilotes et bénévoles.

Vivement l’année prochaine

CHOL is back !

Les vidéos 2018 signées Etienne
*le gars qui ressemble à ViViane n’a rien avoir avec une personne réelle…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s